Maître Georges Catala avocat toulouse

 

Retrouvez Maître Georges CATALA affaire Petite Marion Wagon l’intégralité de l’émission de Jacques Pradel

 

A la Une de L’heure du crime : le point de l’enquête, sur une des plus mystérieuses disparitions d’enfant de ces 20 dernières années… Celle de la petite Marion Wagon, à Agen, le 14 novembre 1996.

 

Depuis près de 20 ans en effet, une question continue à hanter les parents de Marion, mais aussi les policiers et les gendarmes qui ont mené une enquête sans précédent, en France, et à l’étranger : Comment une petite fille de 9 ans peut-elle disparaître en quelques minutes, sans témoins, à 400m à peine de son domicile, en sortant de l’école pour aller déjeuner chez elle, dans une ville de 30.000 habitants ?

Tout ou presque a pourtant été tenté pour trouver le ou les témoins qui pourraient faire avancer l’enquête.

 

Nous revenons sur l’ensemble de l’affaire avec Annie Gourgue, présidente de l’association La Mouette, qui a mobilisé l’opinion publique en diffusant plus d’un million de photos de Marion, en France et un peu partout à travers le monde.

 

Maître Georges Catala, l’avocat de la famille Wagon fera le point sur l’état actuel du dossier et sur la « cellule Marion », une des plus anciennes de la Gendarmerie nationale, qui continue à centraliser toutes les informations qui pourraient permettre de savoir un jour comment Marion a disparu.

 

Et Roland Courdesses, ancien commandant de Police à Agen reviendra sur les tous débuts de l’enquête…
Il y a bientôt 20 ans, Marion disparaissait sans laisser de traces

 

Le 14 novembre 1996, à Agen, dans le Lot-et-Garonne, une fillette prénommée Marion disparaît subitement à la sortie de son école, à l’heure du déjeuner. Malgré le travail des policiers de la ville et de l’antenne locale du SRPJ de Toulouse, qui passent le quartier au peigne fin, Marion est introuvable. Des battues sont organisées dans la campagne environnante, en vain.

 

Au fil des semaines, grâce à l’aide de l’association La Mouette, le portrait de la petite fille est diffusé à grande échelle. Entre 800 000 et un million de photos sont affichées en France et à l’étranger. Le visage de Marion se retrouve sur dix millions de packs de lait. C’est la première fois qu’une disparition d’enfant est autant médiatisée.

Malgré cette extraordinaire mobilisation, l’enquête piétine. La police s’oriente vers de fausses pistes, vérifie chaque témoignage, pas toujours fiable. Une femme pense avoir aperçu Marion sur l’île de la Martinique. On pense cette hypothèse plausible. Il s’agit finalement encore une fois d’une fausse piste. D’un faux espoir.

 

En 1997, une « cellule Marion », confiée à la gendarmerie et toujours active aujourd’hui, est créée. Près de 20 ans après, elle est passée de 40 à 2 enquêteurs. Mais le portrait de la fillette a été vieilli pour se rapprocher d’une éventuelle réalité, et chaque témoignage est vérifié. Marion aurait eu 30 ans cette année.

 

Vous pouvez contacter l’association La Mouette aux numéros suivants : 05 53 47 06 18 ou 06 60 26 51 46.
Nos invités

 

Annie Gourgue, présidente de l’association « La Mouette » ; Maître Georges Catala, avocat de la famille de Marion ; Commandant Roland Courdesses, ancien commandant de Police à la PJ d’Agen. Il a vécu les débuts de l’enquête.

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.