scaravetti-baca-avocats-catala-boguet-toulouse

Le procès aux assises du meurtre de Laurent Baca s’ouvre aujourd’hui à Toulouse pour 5 jours. Edith Scaravetti est accusé d’avoir tué son mari, en août 2014. Le corps de son conjoint avait été retrouvé plusieurs mois plus tard par les policiers, coulé dans du béton, dans le grenier de leur maison. Retrouvez notre article précédent sur cette affaire.

Maître Georges Catala et Maître Laurent Boguet assurent la défense de l’accusée. Edith Scaravetti était une femme battue, en permanence sous l’emprise totale de son conjoint.

 Maître Catala déclare :

«Ils se sont rencontrés quand elle avait 17 ans. C’était son premier homme. Elle lui faisait confiance, lui a tout dit notamment le viol dont elle a été victime enfant. En trois années, elle a eu trois enfants, puis subi plusieurs avortements. Cette femme se trouvait sous l’emprise totale de son compagnon. Elle l’aimait et Laurent Baca l’aimait sûrement aussi. Mais ces deux personnalités fragiles ont construit au fil du temps une relation très particulière de domination et de soumission. Cela ne pouvait que mal finir. D’ailleurs, certains témoins le disent, notamment les proches du couple qui soulignent la dureté de Laurent Baca envers Edith.»

Edith Scaravetti raconte qu’au cours d’une énième dispute,  dans la nuit du 5 août, son mari, Laurent Baca, l’a réveillée, l’a jetée dans les escaliers, et s’est emparé d’un fusil : «Il le tenait par le canon, m’insultait, me l’a tendu. J’ai à peine touché, le coup est parti…».

Violée à l’âge de 12 ans, elle avait rencontré Laurent Baca à 17 ans et avait eu très rapidement 3 enfants avec lui. Elle avait également subi de nombreux avortements.

Lors du début du procès, les experts psychologiques ont affirmés que Edith Scaravetti est une femme « immature » aux affects « pauvres » avec un psychisme « très particulier ».

Au cours du deuxième jour de procès, le frère de l’accusée, qui s’occupe désormais de ses trois enfants, à témoigné à la barre. Il s’en veut de ne pas voir été plus présent auprès de sa soeur pendant toutes ces années : « Plus ça allait, moins on les voyait… Trop d’histoires. Peut-être que si j’étais resté plus proche d’Edith, elle m’aurait parlé. Moi je n’ai rien vu, pas de trace de coups, pas de gestes de violence mais M. Baca montait vite dans les tours. Ça dérapait trop souvent. Mais si j’étais resté près d’eux, moi, notre famille, peut-être que tout ça ne se serait pas passé… »

Lors du troisième jour de procès, Edith Scaravetti a témoigné devant la Cour d’assises, un témoignage douloureux : « On parle depuis plus de deux jours et personne ne parle de la réalité. Laurent pouvait être très agressif et merveilleux. C’était d’abord un homme qui souffrait. On ne se réfugie pas dans l’alcool, dans la drogue pour rien. Ce que j’ai fait est terrible, je le sais mais je n’ai pas vécu avec un monstre. Certains ont voulu nous aider mais on n’a pas pu, pas su attraper ces mains tendues. Moi je me sentais très seule, lui se vivait comme le chat noir de sa famille, celui qui était bon à rien. Ne pas voir son fils aîné le déprimait aussi beaucoup. Il pouvait alors devenir atroce, terrible mais 5 minutes après, il avait oublié. Avec Laurent, fallait attendre que ça passe. Ça passait toujours. Enfin presque toujours. »

Un long témoignage, compliqué, entre amour pour son mari et désamour pour la violence qu’elle subissait : «Je ne le retrouve pas dans tout ce qui a été dit depuis lundi. Oui Laurent était gentil, avait le cœur sur la main. C’est vrai. C’est vrai aussi que c’était un monstre de violence»

Les plaidoiries des  avocats de la famille de la victime font suite au témoignage d’Edith Scaravetti lors de ce 4ème jour de procès.

Edith Scaravetti risque la réclusion criminelle à perpétuité, le verdict sera connu vendredi.

Retrouvez les articles et vidéos sur cette affaire :

Me Catala : «Cette femme vivait sous emprise»

Ouverture du procès d’Edith Scaravetti, accusée d’avoir coulé le corps de son mari dans le béton

Édith Scaravetti : «J’ai à peine touché le fusil qu’il tenait, le coup est parti»

Procès d’Edith Scaravetti, accusée d’avoir emmuré son mari : les remords du frère d’Edith

Edith Scaravetti, accusée d’avoir emmuré son mari, malmenée à la barre

Meurtre de Laurent Baca : Édith Scaravetti parle et les questions demeurent

Qui est Edith Scaravetti, la femme jugée pour avoir tué puis coulé dans le béton son compagnon?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *