Le Procès du meurtre d’Eva Bourseau s’est tenu devant la Cour d’Assises de Toulouse du 10 au 21 décembre 2018.

Suivez ce procès hors norme où intervient Maître Georges CATALA, aux côtés de Maître Alexandre MARTIN et Maître Jonathan BOOMSTAIN dans la défense des intérêts de Zakarya BANOUNI.

Un procès où, aux côtés des souffrances légitimes de la partie civile, ressort la personnalité atypique des deux accusés.

Celle de Zakarya BANOUNI qui au delà des apparences, celles de l’excellent élève qu’il était, révèle une personnalité plus fragile.

La mort de la mère d’une amie, le suicide d’un copain en terminale marquent «le départ du décrochage»

Le procès d’une chute, du naufrage de deux élèves brillants, à l’issu duquel la Cour et les jurés auront à analyser, pour se forger une conviction, une consommation excessive, voire démesurée de stupéfiants en tout genre.

 

L’avocat général requiert la peine de réclusion criminelle à perpétuité à l’encontre de Taha Mrani Alaoui et la peine de trente années de réclusions criminelles à l’encontre de Zakarya BANOUNI.

La défense tente d’expliquer l’indicible.

Me Jonathan Bomstain se lève en premier. En tête, un souvenir, sa première rencontre avec Zak, au début du mois d’août 2015, en garde à vue. «Il n’était pas l’homme que vous connaissez désormais. Il se disait SDF, ne voulait ni médecin ni avocat. Il voulait simplement dormir, dormir parce que c’était fini, enfin.»

«C’est le décalage entre l’humanité de ce garçon à l’allure juvénile et l’acte commis qui questionne», intervient Me Alexandre Martin.

La faute à ces lézardes, «à ces bleus à l’âme, ces douleurs qui ne sont pas destructrices mais déstabilisantes», argumente Me Catala. «Ils se sont trouvés, se sont aimantés. En essayant de tirer Zak vers le haut, Taha le tirait vers le bas.»

 

Les analyses du Docteur PEPIN, Docteur en pharmacie, sont éloquentes : cannabis, cocaïne, ecstasy, MDMA, amphétamine, kétamine produit normalement réservé aux chevaux et aux éléphants… «Très hallucinogène» selon le Docteur.

Maître Georges Catala répond aux journalistes

Retrouvez l’intégralité des articles de La Dépêche :

Meurtre d’Eva Bourseau : perpétuité et 30 ans de réclusion requis contre «les alchimistes du malheur»

Meurtre d’Eva Bourseau : la soirée entre «amis» bascule dans la mort

Meurtre d’Eva Bourseau : Taha, un curieux meneur pas maladroit dans l’art de l’esquive

Zak, accusé du meurtre d’Eva Bourseau : «Trop honte de ce que j’étais devenu»

Procès des meurtriers d’Eva Bourseau : les drogues, voyage entre le diable et l’enfer

Programmés pour l’élite, les accusés du meurtre d’Eva Bourseau ont basculé dans l’échec et la drogue

Meurtre d’Eva Bourseau : dans l’abîme de la drogue, la défense n’excuse rien mais essaye d’expliquer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.