Maître Georges Catala à l'affaire Belmon

En novembre 2018, Maître Georges CATALA fêtait ses 50 années d’exercice au sein du barreau Toulousain.

L’occasion pour lui de faire le point sur ces longues années de défense au contact de justiciable, tous différents, de grands avocats.

Maître Georges CATALA se remémore : « Je suis un soldat de l’an II. Je mène campagne depuis 50 ans. J’ai plaidé pour les plus riches et les plus pauvres. J’ai pénétré au plus profond de l’âme humaine. J’ai réalisé des rencontres extraordinaires, des plus grands aux plus médiocres. J’ai côtoyé d’immenses avocats et de grands bafouilleurs. Les meilleurs m’ont galvanisé : Badinter, Leclerc, Pollak, Tixier-Vignancour… J’ai noué des relations fraternelles, et parfois chaotiques avec d’autres comme Furbury ou Lamouroux. »

Deux fois Maître Georges Catala a plaidé contre la peine de mort.

Pour Maître Georges CATALA, deux règles primordiales et inamovibles ont guidé ses 50 années d’exercice, «D’abord le respect absolu pour les victimes. L’avocat n’est pas là pour ajouter dans son raisonnement un chagrin supplémentaire. Et puis jamais de mensonge. Mon devoir consiste à travailler suffisamment un dossier pour extirper ma vérité, la plus favorable à mon client. Cela passe par la contestation objective du dossier mais le jour où tu triches, tu es déconsidéré.»

Retrouvez l’intégralité de l’article sur le site de la Dépêche du Midi :

Georges CATALA : défendre sans tricher

Et découvrez en plus sur Maître Georges Catala ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.