avocat penal cabinet catala toulouse

Entre 2013 et 2014 cinq Toulousains auraient détourné près de 900 000€ auprès de la Caisse d’Épargne. Début février ils comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Toulouse, pour escroquerie en bande organisée.

Ils avaient mis en place un process précis afin de détourner cet argent de la banque. Ils recrutaient dans un premier temps des clients de ladite banque, ou recrutaient de nouveaux clients. L’un des accusés avait participé à une émission de télé-réalité et a profité de cela pour charmer et convaincre ses victimes.
25 personnes ont ainsi été recrutées. Les accusés ont alors crédité les comptes de ces clients avec des chèques volés puis, après avoir récupéré les codes internets des clients, ils faisaient des virements vers des comptes bancaires relais. Ils retiraient ensuite très rapidement l’argent.
Ils ont ainsi pu détourner près de 900 000€, avant que la banque finissent par se rendre compte de la supercherie et que les suspects soient interpellés fin 2014.

Pour Maître Robin Sénié-Delon, qui représente le principal accusé, « Les 900 000 € sont une simple extrapolation. Nous n’avons rien à ce propos. »
La présidente du tribunal rappelle à l’accusé : « Vous avez échangé plus de 2000 appels téléphoniques avec votre complice. Lors de ces conversations, vous parlez d’importantes sommes d’argent et de l’ouverture prochaine d’une pizzeria à Paris, alors que vous étiez au chômage et sans véritable revenu. »
Il se défend : « Je dis souvent des bêtises. Je ne connaissais pas mes interlocuteurs. »

Les enquêteurs ont pu identifier une adresse IP ayant servi à faire un virement de 138 000€ mais le propriétaire de cette adresse IP, défendu par Me Pierre Dunac, indique : « Je prêtais mon appartement à des gens, je n’étais au courant de rien. Les montres trouvées chez moi lors de la perquisition m’appartenaient. Je gagne 1 800 € par mois, j’ai de quoi me payer des bijoux à 100 €. »

Le principal accusé, représenté par Maître Sénié-Delon, est finalement condamné à 18 mois de prison, donc 7 avec sursis.

L’article de La Dépêche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.